La soudure aluminium industrielle

La soudure aluminium industrielle


Réaliser de bonne soudure aluminium nécessite une excellente dextérité du soudeur, d’autant plus que le soudage de l’aluminium et de ses alliages représente quelques difficultés notables. En effet, la soudure de l’aluminium doit prendre en compte les caractéristiques physico-chimiques de ce métal et des alliages d’aluminium, ceux-ci étant très sensible à la fissuration.

soudure TIG, la soudure industrielle, soudure avec robot

Ainsi lorsque l’on compare la température de fusion de l’aluminium à celle de l’acier, l’on s’aperçoit que la température de fusion de l’aluminium est inférieure à 700 °C, alors que celle de l’acier et 2550 °C. La température de soudure de l’aluminium est donc inférieure à la température de l’arc électrique de soudage TIG puisque celle-ci se situe entre 2500° et 3500° en fonction de la polarité utilisée.

Ceci a un impact évident puisqu’il est plus facile de percer l’aluminium pour les fines tôles d’une épaisseur inférieure à 2,5 mm lors de l’amorçage notamment lorsque l’on utilise le procédé de soudure MIG.

La soudure aluminium doit aussi tenir compte d’une difficulté supplémentaire, puisque la surface de l’aluminium étant recouverte d’une fine couche d’alumine. L’alumine se présente sous la forme d’un film transparent composé d’oxydes nés de la réaction de l’air avec l’aluminium. Si cette couche d’alumine est un avantage indiscutable qu’offre l’aluminium, le protégeant de toute forme de corrosion sévère.

Cette couche d’alumine à une température de fusion de 2500 °C minimum, le soudeur en aluminium doit donc rompre ce film avant de pouvoir souder. C’est la raison pour laquelle les soudeurs en TIG courant alternatif procèdent avant le soudage, à un brossage énergique des tôles avec une brosse inox.

L’autre difficulté qu’il faudra surmonter, c’est la capacité inhérente de l’aluminium à dissiper la chaleur. C’est encore plus vrai lorsqu’il s’agit de souder des tôles épaisses d’aluminium supérieur à quatre ou 5 mm. Dans ce cas précis, il faudra plus d’énergie au démarrage pour démarrer la soudure aluminium, une fois les tôles à température le soudeur devra Monitor et les paramètres de soudage, et augmenter la vitesse de soudure sous peine de voir le cordon s’effondrer.

Enfin, la très faible différence de température (quelques dizaines de degrés seulement) entre aluminium encore solide et aluminium devenant liquide et l’absence de changement significatif de couleur entre aluminium solide et aluminium liquide. Ce qui ajoute une autre difficulté pour le soudeur, puisque celui-ci ne voit qu’au dernier moment l’effondrement ou le perçage de la tôle d’aluminium.

Les avantages d’une soudure aluminium TIG


Le soudage TIG en courant alternatif est de loin le meilleur procédé pour l’assemblage de tôles de 1 à 3 ou 4 mm. À partir de 2 mm, l’utilisation de métal d’apport (baguettes en aluminium) est souvent nécessaire. Au-dessus de 5 à 6 mm, ce procédé ne convient plus sauf à disposer de générateurs très puissants.


soudure TIG, la soudure industrielle, soudure avec robot

Les avantages d’une soudure aluminium MIG


Le soudage MIG convient bien pour le soudage des tôles au-dessus de 3 mm. En dessous de 3 mm d’épaisseur et à fortiori en dessous de 2 mm, le soudage MIG n’est pas facile : le risque de perçage à l’amorçage est grand tout comme le risque d’effondrement ou de nouveau de perçage après quelques dizaines de mm de soudage.